Du TAC au TAC

Quand les ados s’emparent de l’écriture théâtrale contemporaine

Accueil > Textes > Intimités

Intimités

mercredi 26 avril 2017, par Simon Grangeat

Coordonné par Simon Grangeat,

textes écrits en atelier au Lycée Étienne Mimard Saint-Étienne

par Abdelfeta, Abdourahamane, Ahamadi, Alexis, Amélia, Arezki, Benoît, Céline, Jérémy, Jessica, Jordan, Laureline, Mhamed, Nino, Nicolas, Ryad, Salem, Yanis, Yannis et Zohra

janvier-février 2015

Au tout début de l’enfance, on ne sait pas
que la vie sera si dure, aussi dure que ça, que la mentalité des personnes autour de nous sera si horrible.
La politique, c’est pour les fans de la crise !

En janvier et février 2015, à raison de deux heures par semaine, je suis intervenu avec un groupe d’une vingtaine d’élèves de différentes secondes professionnelles du lycée Étienne Mimard, à Saint-Étienne.
L’idée originelle était de permettre un temps d’expression individuelle et collective, après six premiers mois passés dans le lycée – de découvrir aussi, dans l’idéal, comment une pratique d’écriture pouvait ouvrir des chemins intérieurs.
Nous avons donc construit ensemble une alternance de séquences d’écriture « à contraintes » et de séquences plus libres au cours desquelles ces jeunes gens expérimentaient les pistes thématiques qu’ils désiraient. École, relations familiales, fragments d’aventures amoureuses, interrogations sur l’avenir, estime de soi aussi, ces axes se retrouvent à présent dans Intimités.
Ces séances d’écriture furent d’une intensité rare.
Je me souviendrai longtemps du silence absolu régnant dans notre salle lors de certains moments d’écriture.
Des passages furtifs des équipes du lycée venant vérifier ce que le bouche à oreille faisait déjà circuler dans l’établissement.
De l’audace de ces vingt jeunes gens, qui ont accepté de se prêter avec franchise, et juste ce qu’il faut de sérieux, à ce qui leur a parfois paru comme une « perquisition intérieure » avant d’être une expérience libératrice.
Un grand merci aux équipes du lycée Étienne Mimard et à Lynda Devanneaux, du Conservatoire à Rayonnement Régional de Saint-Étienne, pour avoir pensé et mis en œuvre ce projet

Messages

  • c’est très intéressant de lire en regard ces deux textes, celui-ci et Distinctions.

    Simon, est-ce que les conditions de "fabrication" avec les jeunes de ces deux textes ont été très différentes ?

    je me pose la question car on pourrait sentir un projet d’adultes derrière le propos artistique de Distinctions. peut-être à tort ? mais on peut avoir la sensation d’une envie d’adulte de porter une parole d’ouverture et de tolérance.
    peut-être avons-nous envie, (et c’est louable !) de projeter ces valeurs là sur/ ou de partager ces valeurs-là avec la jeunesse d’aujourd’hui ?
    mais ça réduit un tout petit peu la portée et la force du texte. comme si on avait besoin de se rassurer.

    alors que ce qui touche et fait bouger le lecteur dans ce texte-là, c’est qu’on sent une parole libre des jeunes, sans filtre de pensée sur le monde. ils ne rentrent pas dans une logique de fil rouge de pensée, mais livrent une intimité brute, un vécu éclaté, différent et à la fois semblable. c’est comme si cette prise de parole-là était sans projet bienveillant qui viendrait nous rassurer, nous adultes.
    mais ô combien plus fort, vivant, détonnant. ça nous emmène complètement ailleurs, sur le territoire de ces jeunes-là, et c’est bon de ne pas être réconforté mais confronté et accueilli dans cette belle et sincère intimité foisonnante.

  • Salut Elodie,
    jolie lecture de ces deux projets... Effectivement, les contextes d’écriture sont très différents entre Intimités et Distinction !.
    Distinction est inscrit dans un projet intergénérationnel (collégiens, secteur jeune de centre social, primo-arrivants et adhérents adultes de centre social). Le projet avait pour thème la discrimination... D’où peut-être cet effet de volonté, de bien-pensance aussi, je ne sais pas...
    Pour Intimités, le "thème" du projet était : paroles d’élèves. Cela veut dire que ce sont les jeunes qui ont décidés eux-mêmes de ce dont ils voulaient parler, en dialogue avec moi... C’est aussi un projet rare où les adolescents ont été surpris de la puissance que pouvait avoir pour eux l’écriture de leur intimité... (cela ne se passe malheureusement pas toujours de manière aussi intense !)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.