Du TAC au TAC

Quand les ados s’emparent de l’écriture théâtrale contemporaine

Accueil > Témoignage participation projet > Ateliers en MJC

Ateliers en MJC

mercredi 22 mai 2019, par Corane

Corane De Carlo, anime des ateliers théâtre depuis 20 ans. Elle écrit des spectacles, et intervient dans plusieurs établissements scolaires. Elle a surtout développé ses compétences en Maisons des Jeunes et de la Culture grâce, et avec ses élèves. L’intervenante a une place d’artiste-professeur.

Explication du projet
Les MJC sont des lieux d’accueil, de découverte et de pratique d’activités, le concept de « loisirs » reste l’atout principal.
Dans les ateliers théâtre, les jeunes viennent pour se retrouver entre eux et avoir une pratique ludique. Ainsi, il est nécessaire d’aborder les points techniques, par des jeux et par la pratique d’improvisations. Ils veulent bien découvrir un auteur, l’histoire ou une méthode théâtrale mais de façon succincte ! La théorie, la lecture et le travail approfondi se font surtout à l’école.

Ceux qui n’ont jamais fait de théâtre sont déstabilisés par l’écriture contemporaine. Il faut prendre le temps de leur expliquer les différentes approches narratives. D’autre part, ce n’est pas toujours simple d’amener les jeunes au théâtre le soir, en dehors des temps scolaires. On peut palier en leur montrant des teasers, des extraits vidéo.
Ils sont extrêmement réceptifs aux textes écrits pour eux, avec leurs mots. Parfois des propos vulgaires ont pu choquer les parents. Les jeunes ont alors proposé de changer ces mots familiers par des mots aux mêmes sonorités.

Pour intéresser les jeunes, il faut se saisir de leurs outils. Exemple d’une année, où Corane les voyait se filmer en train de danser sur Snapshat « nous avons alors inséré des parties mime et danse, semblable à leurs vidéos, dans notre adaptation de Musset ».

Amusement dans la pratique
En MJC, il faut penser à jongler entre amusement et pratique. Quand il y a lassitude lors des dernières répétitions, ne pas hésiter à leur faire, échanger leurs rôles, à prendre un accent pour jouer son personnage, à créer des improvisations inter-scènes.

En s’adaptant, en créant un projet commun, on fidélise les jeunes qui reviennent sur plusieurs années, ce qui permet une exploration par petite touche du répertoire théâtral, du classique au contemporain (en passant par l’absurde). Les ados ne souhaitent pas non plus apprendre de longs textes, et répéter toute l’année un seul spectacle. Cela doit être une sensibilisation à la scène qui aboutira à des représentations très courtes. Les projets montés, d’environ 20 minutes, sont cependant plein de vie ! Les ados s’approprient l’objet théâtral et s’épanouissent.

Mise en confiance
Le théâtre amène à accepter les différences de chacun, à valoriser les individualités et aide les ados à défendre leurs points de vue et accepter les différences. Cela amène une bonne cohésion de groupe, un climat de confiance et de partage. Il faut donc trouver des pistes pour intéresser les jeunes au théâtre, à la culture, tout en restant dans leurs préoccupations et dans la société. C’est une remise en question permanente du professeur.

Les présentations ou journées ouvertes permettent de sensibiliser les parents et les familles. Les ados montrent ce qu’ils ont pu travailler en atelier.

  • Le but étant que chacun participe à sa mesure et prenne plaisir à être sur scène.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.