Du TAC au TAC

Quand les ados s’emparent de l’écriture théâtrale contemporaine

Accueil > Textes > Réponse à Simon Grangeat en textes !

Réponse à Simon Grangeat en textes !

jeudi 30 mai 2019, par Collège Colette, à Saint-Priest, Collège Louise de Savoie, à Pont d’Ain

Pendant l’année scolaire 2018 - 2019, huit classes de collégiens du Rhône et de l’Ain ont participé au projet national Collidram. Parmi quatre textes d’auteurs, ils ont choisi celui de Simon Grangeat : Du piment dans les yeux.

L’auteur leur a alors adressé un message publié sur cette plateforme.

Avec l’aide d’intervenants professionnels en classe et dans le cadre d’ateliers artistiques, les collégiens ont répondu sous une forme écrite.

Au collège Colette à Saint-Priest, dans la classe de 3e de Nadia Rabia, les élèves ont "fait parler" la photo pour décrire le destin d’autres jeunes filles. Cet exercice de style animé par Elodie Muselle fait aussi référence à un autre texte Collidram de cette année : Los Niños, de Sabine Tamisier.

« Cette jeune fille, Simon, n’est pas Inaya, c’est Candice, elle a 12 ans. Elle
est dodue, elle a des tresses plaquées, anciennement locksée, elle a des yeux
noirs vides de sens. Elle habitait au Mali avec sa famille. Dans la vie, Candice
aime le FC Barcelone, et plus particulièrement l’ailier gauche Philippe Coutinho.
Elle défend le droit des animaux. Elle aime cuisiner avec sa mère. Sa spécialité :
le riz sauce andalouse avec des cuisses de poulet. La petite Candice n’aime pas se
baigner, car elle ne sait pas nager. Et elle est littéralement enragée à la vue de la
violence, d’autant qu’elle a été maltraitée par des terroristes quand elle était
plus jeune. Elle aimerait devenir consultante à l’ONU, ou footballeuse pro, vivre
en Espagne, à Barcelone, ou au Luxembourg. »

Lisez toutes les histoires de ces jeunes filles (PDF en ligne - 56 ko)

Au collège Louise de Savoie à Pont d’Ain, dans la classe de 4e de Catherine Gardon-Mollard et avec la prof-doc Magali Baraillé, les élèves ont aussi "fait parler" la photo, cette fois-ci sous la forme d’un dialogue entre les protagonistes. L’atelier d’écriture était animé par Roland Fuentès.

« On pourrait imaginer que Maya était dans l’eau depuis un moment, elle voulait rejoindre l’Europe.
C’était très long pour elle... Elle n’en voyait pas la fin ! Autour d’elle, tout le monde était épuisé, des enfants se noyaient, d’autres se perdaient en route...
Maya - Regardez ! Là-bas un bateau ! Il y a un bateau ! Il faut qu’il vienne nous aider !
Sauveteur - Il y a plein de migrants juste en face, continue droit devant ! On va les chercher
Maya - C’est bon, il se rapproche de nous !
Les personnes sur le bateau allaient leur venir en aide...
Sauveteur - Prenez ma main et montez sur le bateau
Sur le bateau, des dizaines de migrants avaient eux aussi été sauvés. Le bateau partaient direction l’Europe. Là-bas, les migrants allaient être accueillis dans un centre hospitalier. Maya et sa famille étaient enfin sorti de l’enfer...
7 ans plus tard, Maya avait obtenu la nationalité française et était devenu avocate. Maya avait aussi créé une association pour les migrants qui arrivaient en France. »

Lisez toutes les rencontres imaginées autour de ce sauvetage (PDF en ligne - 39 ko)

Envie de découvrir d’autres productions des collégiens en réponse à Simon Grangeat ?

Choisissez un type de réponse :
EN AUDIO / EN VIDEO / EN PHOTO / EN DESSIN

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.