Du TAC au TAC

Quand les ados s’emparent de l’écriture théâtrale contemporaine

Accueil > Pépites, trouvailles, idées > Lettre de Camille Poughon à Sabine Tamisier

Lettre de Camille Poughon à Sabine Tamisier

lundi 8 avril 2019, par Celia

Le texte Los Niños de Sabine Tamisier faisait partie de la sélection Collidram 2019. Camille Poughon est élève au collège des Pierres Dorées du Bois D’Oingt. Elle a souhaité écrire à l’auteur dans le cadre de l’étude du texte en classe.

Chère madame Tamisier,
Je m’appelle Camille Poughon et je suis en troisième au Collège des Pierres Dorées du Bois D’Oingt.
Je vous écris aujourd’hui dans le cadre scolaire et du prix Collidram.

J’aimerais vous exprimer mon ressenti et mes interprétations vis-à-vis de votre pièce de théâtre « Los Niños », qui d’ailleurs est mon texte préféré du prix Collidram.

Tout d’abord je trouve cette pièce très fluide et simple à comprendre.
En effet on y trouve seulement trois personnages principaux : Janis, Didi et Lolo ainsi que le facteur qui est un personnage secondaire que l’on entend qu’une seule fois.
De plus les différentes parties du texte (les écrits de Didi, son journal intime, les dialogues et les didascalies) sont tous dans des polices et des tailles de polices différentes. Grâce à cela, je trouve que le lecteur ne se perd pas dans le récit. Tout au long du texte les mots et les expressions employées sont modernes et faciles à comprendre.

Je me suis facilement identifier à Janis : le personnage principal, Janis est une adolescente de mon époque, elle parle comme les adolescents modernes. Elle a les mêmes centres d’intérêts qu’eux et je me suis donc sentie concernée par ces problèmes sensiblement semblables aux miens (compliqué pour moi de vivre sans wifi, etc...). C’est une jeune fille qui apporte de la vie à cette maison et qui sort Didi et Lolo de leur routine quotidienne en apportant sa vision de la vie et des priorités.

Avoir accès aux écrits de Didi est pour moi émouvant et très intéressant. Cela ajoute, selon moi, de la profondeur à l’histoire : au-delà de la vie et des problèmes d’une adolescente citadine qui se retrouve chez sa grande-tante et son grand-oncle en pleine campagne loin de l’agitation des grandes villes, on découvre histoire d’autres adolescents qui n’ont pas la chance d’avoir notre confort de vie. On comprend alors que nos petits problèmes sont souvent superficiels et sans grande importance.

Mon passage préféré est la fin. Elle est logique pour moi car Didi et Janis s’expriment chacune dans leur art respectif : l’écriture et le dessin. Mais reste inattendue et très émouvante.

J’imagine qu’écrire le portrait de Janis comme celui des autres enfants permet de montrer que, malgré les différences, les frontières et les cultures les gens sont tous semblables et doivent être considérés de la même manière.

Dans tous les cas j’ai trouvé votre pièce géniale et je l’ai beaucoup aimée.
Merci d’avoir pris le temps de lire cette lettre et bonne continuation.

Camille Poughon

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.